Une autre vision des choses

J’ai terminé hier les relevés nécessaires au coloriage de la carte de la végétation des environs du rucher…


J’ai pu remarquer au passage que les habitudes culturales se font avec des regroupements de parcelles, pour les plus petites, notamment lorsqu’elles sont en bordures de plus grandes et aussi des divisions pour les plus grandes. Il aura donc fallu, dans certaines parties, recouper avec les photos aériennes pour respecter l’enchevêtrement des blocs réels de cultures.

A chaque type de végétation correspond un code de notation pour les relevés (C pour Céréales, M pour Maïs, H pour les surface enherbées, friches et jardins, etc) et un code couleur pour la carte finale :
Basée sur un extrait du cadastre disponible dans le Géoportail, cette carte montre assez précisément comment s’alternent dans le pays les différents types de végétation.

C’est un espace presque totalement jardiné et cultivé, contrôlé par les activités productives humaines et où la diversité florale n’a sa place que dans les jardins et les marges : talus et bords de routes, zones non-cultivées car trop pentues ou caillouteuses. Une aire d’intérêt limité, passé le printemps, comme en beaucoup d’endroits en plaine française.

Une abeille parcours 7m/s. Il lui faut donc 2’30 pour parcourir 1 km.

Cette carte est visible là : Végétation Sanssat

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Une autre vision des choses

C’est fait…

Après deux jours d’attente pour une météo clémente et d’appréhension quant au choix des ruches à déplacer, j’ai décidé que ce lundi serait le jour.

J’ai finalement choisi deux ruches légères, Cressanges et St-Pourçain, car contenant de nouveaux essaims, assez vigoureux pour que je les passe de ruchette à ruche mais n’ayant pas encore rempli leurs cadres en réserves d’hiver. Avant d’espérer toute récolte supplémentaire et rêver -pour moi- de rehausses pleines de miel, je veux leur assurer un hiver confortable avec de bon stocks de nourriture, et favoriser leur devenir. Et puis, comme je serai seul sur le lieu de départ et peut-être à l’arrivée, des ruches légères s’imposent. Je laisse donc Marcenat et Thiézac, très lourdes, continuer tranquillement leur récolte sur place et bouge deux nouvelles colonies.

Donc, durant la veille au soir, préparation complète de ce qu’il faudra emporter : les parpaings de deuxième niveau des supports, les cales pour l’horizontalité, la tenue complète pour le moment de la réouverture des entrées et divers outils et accessoires. Je fabrique in extremis un toit de couverture d’entrée car il m’en manquait un (or ces deux ruches étant jusque-là en un endroit couvert n’en avaient pas besoin). Ils seront prêt à fixer avant réouverture des ruches, donc pendant l’un des rares moments où il n’y a pas l’incessant va-et-vient des abeilles.
4h15 : lever, préparation du petit déjeuner et chargement des dernières affaires.
4h45 : je ferme les deux ruches, alors qu’elles sont bien toutes à l’intérieur et que le calme règne.
5h45 : le jour, brumeux, se lève… après déjeuner et chargé les ruches, je pars… la deuxième moitié du parcours se fait sur de petites routes de campagnes, bien sinueuses et pentues, montagne oblige… l’occasion ou jamais de conduire tout en douceur.
6h20 : arrivée sur les lieux…
je place le deuxième niveau de parpaings et ajuste l’horizontalité.
j’installe le panneau ATTENTION ABEILLES avec les mentions légales
je mets en place les ruches et leur fixe le toit d’entrée
je ramasse tout le matériel dans la voiture et l’éloigne un peu
je m’équipe de la tenue complète de protection parce qu’il est sûr que lorsque je vais ouvrir, elles vont être TRÈS excitées ! hors pour ouvrir, retirer les grilles, il faut nécessairement être juste devant, au plus près…
6h45 : j’ouvre l’une puis l’autre ruche. comme prévu elles jaillissent dehors avec beaucoup d’énergie et viennent sur moi. mais elles ne sont pas agressives et le simple fait de m’éloigner un peu et plus aucune n’est sur moi.
voilà, c’est fait. Un nouvel épisode de leur vie d’abeille commence.


Les deux ruches juste avant réouverture.

Je reste un peu sur place, éteins l’enfumoir qui n’a pas vraiment servi, retourne plusieurs fois regarder les ruches, range bien la voiture et quitte les lieux à 7h30.

Comme je passe les voir pour signaler que c’est en place, M. et Mme Terracol, les propriétaires du terrain, m’invitent très aimablement à boire un café et finalement nous parlons un long moment. Pendant ce temps les « brumes et brouillards matinaux » se dissipent et une belle journée ensoleillée commence, l’idéal pour que les abeilles puissent explorer très vite les alentours…

L’emplacement : vue vers l’Est-Sud-Est

Tout autour, dans la forêt, il y a beaucoup de châtaigniers, dont les claires floraisons sont visibles sur la photo. J’espère que cette période idéale, bien que déjà avancée, offre encore de quoi butiner…

Dans une semaine j’irai voir et soupeser les ruches, pour estimer leur évolution…

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur C’est fait…

Deux ruches à la montagne ?

Pour donner suite à mon idée de tester le transfert saisonnier (une partie de l’été) de quelques ruches en moyenne montagne, je suis allé hier rencontrer M. Terracol, maire d’Arfeuilles, afin d’obtenir son aide pour trouver un emplacement. Après qu’il m’eut proposé un lieu trop isolé (et trop difficile d’accès !) dans une clairière en milieu de forêt, j’obtins de lui que mes ruches soient posées en bordure d’un chemin de son terrain. Un lieu calme et bien dégagé vers l’Est mais où, sous un jeune chêne, elles seront à l’ombre à midi. Lieu, de plus et c’est essentiel, facile d’accès avec la voiture, pour venir les déposer et plus tard les reprendre.

J’ai donc sorti du coffre ma bêche et mes parpaings et j’ai préparé les assises. Le but étant d’y retourner dès que possible pour les installer afin de d’essayer de profiter de la floraison des châtaigniers, hélas déjà bien avancée.


Le lieu de dépose. Sur (chaque couple de) ces parpaings, j’en placerai deux autres en travers afin de mieux réhausser par rapport à l’herbe. Je finirai le réglage d’horizontalité avec des cales.


Vue du site, vers l’Est, depuis l’arrière de l’emplacement (les parpaings sont visibles en bas à gauche). Un pré qui, toutefois, sera bientôt fauché (mais ça peut stimuler la repousse de certaines fleurs à tige courte ?) et au-delà des bois où se comptent les châtaigniers par centaines dans le km alentour…

Il me faut maintenant choisir les deux ruches qui feront l’objet de cet essai. L’affaire n’est pas sans risque parce que tout transport est délicat et peut être préjudiciable, voire fatal, à une colonie si elle stresse trop. Et puis, il est difficile d’évaluer l’intérêt mellifère réel de cet environnement alors que nous sommes déjà à la mi-juillet… Mais si l’essai réussit, il pourrait être reconduit l’année suivante dès le début de ce mois.

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Deux ruches à la montagne ?

Déceptions

Au cours d’une visite, j’ai pu constater deux faits décevants :
– Les abeilles de Varennes n’ont rien fait dans le corps 4×4 Voirnot que j’ai posé dessus. Elles n’y viennent même pas, aucune n’y est visible.
– Il n’y a plus une seule abeille dans Cressanges 2. J’ai donc retiré la ruche pour la vérifier (rien de spécial qui permette d’expliquer cette situation) et la nettoyer.

J’ai vidé le piège à guêpes, qui était plein… de mouches ! Notamment (est-ce dû à la présence de chevaux dans un champ proche ?) de mouches vertes brillantes. Tout le volume du liquide attracteur que j’y avais mis -et même plus- est remplacé par un entassement d’insectes. C’est assez immonde. Pour les frelons, la bataille était terminée depuis la mi-juin, je le savais mais voulais tester ce piège. Mais les mouches viennent en masse s’y faire prendre… Comme elles sont un aliment des oiseaux, je ne suis pas certain qu’il soit bon de maintenir ce piège en service. Je l’ai pourtant rechargé, pour voir.

Vendu 3 € à la coopérative d’apiculteurs d’Aubiére, facile à utiliser. Les abeilles, elles, ne s’y font pas prendre.

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Déceptions

Le trou mystère…

Aujourd’hui, de Marcenat j’ai retiré une rehausse pleine. Par la même occasion j’ai transféré les cadres d’une des deux autres rehausses dans une autre que j’avais préalablement modifiée : je l’ai percée d’un trou d’environ 4 cm en façade, comme on peut en voir sur les éléments de ruches 4×4 Voirnot de la maison Steininger (Grands Ruchers de Lorraine – Nancy). J’ai fait cela après avoir re-téléphoné à cette boutique afin d’être rassuré quant à l’intérêt de cette orifice hétérodoxe : il donne un accès différent de celui de la planche d’envol, où s’active un service d’accueil et de sécurité, aussi pourrait-il représenter pour la colonie une dangereuse incongruité…
Après moult hésitations, passage à l’acte. S’il le faut, ce trou pourra toujours être rebouché. Il faut voir quel en est l’effet !

Rapidement, les abeilles vinrent inspecter ce nouveau passage :

Dix jours plus tard, je peux dire que lors de mes différentes visites au rucher, je n’ai jamais pu observer aucune entrée ou sortie par ce trou. M’approchant suffisamment, j’ai pu voir les abeilles groupées comme pour faire un mur :

Mais il semble qu’elles n’adoptent pas cette voie pour accéder plus directement aux rayons à remplir, comme on me l’avait laissé espérer. Reste, toutefois, l’intérêt de favoriser le contrôle de la température et de l’hygrométrie à l’intérieur de la ruche. Mais je reste perplexe quant à son avantage.

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Le trou mystère…

Du couvain

Je suis content : hier et aujourd’hui, j’ai beaucoup travaillé (->allumé trois l’enfumoir aujourd’hui !) et atteint mes objectifs :
– Transféré Verneuil d’une ruchette à 5 cadres vers une à 6 cadres
– Ciré les cadres d’un corps Voirnot 4×4 pour installation sur Varennes
– Ouvert Varennes et installé le corps de Voirnot 4×4 en guise de rehausse
– Retiré le nourrisseur bricolé (format Dadant avec réducteur pour installer sur Voirnot) de Cressanges 1 et mis en place un toit standard.
– Ouvert Marcenat et intervertis les (3) rehausses : la pleine (très lourde ! ! !) en haut avec un chasse-abeilles en-dessous : je veux voir si ce système permet bien de vider une rehausse de ces abeilles avant retrait. Au passage j’ai pu voir et soupeser que les deux autres rehausses en place se remplissent : ça devrait donner une belle récolte !
– Jeté un oeil sur Thiézac (ruche achetée à Myriam) : oui, ça y est enfin, la rehausse se remplit ! L’ennui est donc maintenant que -si elle travaillent bien cet été- je n’ai pas d’autre rehausse Voirnot prête (avec cadres bâtis) et vais peut-être manquer une partie de récolte de ce fait, car si je mettais des cadres justes cirés elle ne les bâtiront pas, pour cela il sera trop tard dans la saison.

Et puis, le soir venu (21h00)…
Je pense à regarder les cadres de la rehausse de la ruchette dans laquelle St-Pourçain a été élevé… Et dans un cadre du milieu, je vois du couvain : la reine commençait à pondre dans la rehausse…

On voit bien les larves au fond des cellules, à différents stades de croissance.

Ce qui me fait immédiatement réaliser que j’ai mal installé les 6 cadres pleins dans la ruche : il aurait fallu insérer au milieu un cadre vide afin que la reine puisse y pondre après que les abeilles en bâtissent les alvéoles ! Sinon la colonie aura du mal à poursuivre son expansion. Il ne faut surtout pas contrarier l’essor de ce bel essaim très vigoureux !
Aussitôt et bien qu’il soit tard, je rallume l’enfumoir, me prépare et vais corriger cette erreur…
La tombée de la nuit n’est certainement pas une bonne heure pour intervenir dans la ruche ouverte car, malgré un enfumage correct, je serai de nouveau sauvagement attaqué… Heureusement je suis bien protégé et ne serai piqué qu’aux poignets, qui restent une zone trop mal couverte par la seule toile des manches des gants (le cuir s’arrête à la base de la main) et à la nuque par une abeille qui a encore réussi à rentrer dans la veste !

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Du couvain

Varennes… la révolution !

Depuis que je l’avais installée dans mon rucher j’étais préoccupé par l’idée d’ouvrir Varennes, cette ruche volumineuse puisque Dadant à 12 cadres (d’après ses dimensions extérieures)… Et de savoir ainsi mieux quoi en faire…
Mon idée était simple : retirer la rehausse et la remplacer par un corps de ruche Voirnot 4×4 Steininger afin que ces abeilles y bâtissent des rayons : façon de préparer ces cadres à recevoir un essaim l’an prochain…
Mais le doute le plus total régnait quant à ce que je pourrais trouver dans cette ruche qui avait été laissée à l’abandon…
J’ai d’abord eu beaucoup de mal à retirer le toit. Ce n’est qu’en écartant les planches au pied de biche que j’y suis arrivé. J’ai pu alors le relever par l’arrière et il s’est ouvert comme un couvercle sur charnières. Je l’ai alors calé ouvert avec le pied de biche) et j’ai pris le temps de faire quelques photos du spectacle incroyable que j’avais sous les yeux… La rehausse ne contenait aucun cadre et les abeilles avaient pu y construire librement, organisant un dédale de parois d’alvéoles. Un environnement extraordinaire, au plan labyrinthique.

On voit ici le contenu de la rehausse et, au-dessus, le toit avec ce qui y est resté accroché.


Idem, sous un angle différent, moins plongeant.


Le trou central de passage (diamètre environ de 4 à 5 cm) entre le corps de ruche et la rehausse.


La partie des rayons qui sont restés accrochés sous le toit.

Je n’ai pas réussi à décrocher la rehausse. Alors j’ai décidé de la vider de tous les rayons qui y étaient restés accrochés, de nettoyer rapidement mais le mieux possible la surface du plan de séparation et de poser directement le corps de Voirnot 4×4 sur cette surface plane, ce qui referme la ruche et la sécurise et permet aux abeilles d’y venir travailler. Un changement énorme -voilà pourquoi je parle de révolution- entre le labyrinthe antérieur et cet espace de cadres alignés. j’espère qu’elles vont y bâtir vite et bien… nouvelle interrogation, concernant cette étonnante ruche…

Je place les rayons éventrés devant la ruche, en espérant qu’un maximum d’abeilles retournent à la maison… Et je vais me reposer un peu : avec la chaleur (il fait 30° C et en plus je m’étais très bien couvert), toutes les opérations sont fatigantes… Mais deux heures plus tard, il y a naturellement beaucoup d’abeilles sur le miel, sans doute en partie du pillage… Je ramasse tout à la cuiller, cire et miel, dans une caisse et pose la plaque et le toit à l’abri de l’orage qui menace. Quelques heures plus tard, à la tombée de la nuit, je reviens voir : tout le miel qui était resté collés sur ces deux plaques, peut-être 500 grammes, vue la surface, à disparu, absorbé par les abeilles. C’est bien ainsi et je peux retirer ces deux plaque du secteur…

A noter que durant toutes ces opérations et notamment la phase terrible de destruction du contenu de la rehausse, les abeilles sont restées très calmes et que cela m’a considérablement facilité la tâche ! Mais j’avais un enfumoir parfaitement allumé et m’en servis régulièrement mais sans excès.

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Varennes… la révolution !

Un essaim puissant…

Voilà une semaine que j’avais installé l’essaim St-pourçain, acheté à M. Raynaud. Je n’avais pas eu le temps de m’en occuper davantage et j’attendais l’inspiration. Après tout elle avaient une rehausse au-dessus, qui donnait un espace de dilatation…
Tout de même, ces derniers jours, en passant à côté j’entendais un véritable ronflement de moteur : Cet essaim avait l’air drôlement actif !

Je téléphone à M. Raynaud pour lui demander son avis : n’est-il pas préférable de transférer dès maintenant ce puissant essaim dans une ruche (afin qu’il y prépare au mieux sa saison d’hiver) ? Après confirmation par le professionnel, je décide préparer les 4 cadres qui compléteront ceux présents dans la ruchette. Je prépare aussi les cadres de la ruche Voirnot 4×4 (Steininger) que je veux installer au-dessus de Varennes en espérant que soit bâtis les cadres au moins, malgré l’époque bien tardive pour cela…

Je passe la matinée en diverses préparations d’intérieur, afin d’effectuer les modifications de St-Pourçain et Varennes dans l’après-midi… Mais lorsque je dois retourner sur le terrain pour autre chose, en début d’après-midi, je constate avec stupeur que l’aspect de la ruchette à changé… elle fait la barbe !

Ruchette qui fait la barbe
(La ruchette porte encore la bande adhésive et des plaques clouées sur les côtés pour solidariser ruchette et rehausse pour le transport.)

Peut-être n’est-ce que pour diminuer l’effet de la chaleur ambiante ? Mais si cette colonie prépare un nouvel essaimage, ce serait catastrophique ! Dans tous les cas, ce n’est pas bon signe : elles sont à l’étroit ! Toutes affaires cessantes, je me prépare à intervenir pour transférer l’essaim dans un corps de ruche…

Tout va mal !
Dans la précipitation (mauvaise conseillère, je fais quand même une photo, mais j’allume mal mon enfumoir et me couvre juste normalement… Bien mal m’en pris car l’enfumoir s’éteignit très vite et les abeilles m’accueillir avec furie… Piqures multiples au travers du pantalon et de la veste, deux abeilles qui réussissent à entrer dans la veste et me volent autour de la tête… harpies qui ne me lâchent plus malgré mon repli précipité… l’enfer à nouveau, comme cela m’était arrivé avec Thiézac, 15 jours avant ! Dès après le transfert du premier cadre, j’ai dû tout laisser sur place, ruche et ruchette grandes ouvertes, et fuir… Finalement j’ai réussi à me libérer de la horde sauvage et suis rentré me couvrir mieux : sweet-shirt sous la veste et pantalon matelassé, bonnet en plus sur la tête, bottes avec serrage du pantalon dessus… et j’y suis retourné afin de finir mon travail.
Elles m’ont de nouveau agressé mais j’ai pu finir le transfert et refermer précipitamment la ruche car certaines avaient de nouveau trouvés des points faibles dans ma protection…

Ce qui est rassurant, c’est de me dire que ce ne sont donc pas les abeilles de Thiézac qui sont spécialement agressives : cela peut arriver avec d’autres. Il faut enfumer correctement et éviter le soir pour les visiter.

Finalement j’ai pu achever le transfert mais, le soir venu, je me documentai mieux sur « comment allumer son enfumoir » et relu des conseils que je n’avais pas pris la peine d’appliquer… Et dès le lendemain matin j’appliquai avec satisfaction la méthode recommandée par M. Nicollet.

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Un essaim puissant…

Une brouette de pro

Je suis venu chez André Raynaud, à St-Pourçain, pour prendre l’essaim qu’il m’a préparé dans une ruchette Dadant…
Dès l’arrivée, je remarque cette brouette avec une ruchette posée dessus…
Une brouette d'agriculteur pro

La ruchette c’est la mienne. Elle est surmontée d’une rehausse, et fort heureusement car l’essaim est très fort, très actif et a commencé d’y construire et de remplir. Un détail rigolo : la petite touffe d’herbe glissée sous la grille, au milieu de la planche d’envol : une petite fente au raccord des deux planches constituant le plancher de la ruche créait un espace suffisant pour laisser sortir les abeilles une fois l’entrée refermée… Il a fallu obturer d’urgence et M. Raynaud a trouvé ce subterfuge pour remédier temporairement au problème… Ça tiendra très bien jusqu’à l’arrivée dans mon rucher.

Une brouette d\'agriculteur pro
A noter comment ce chassis en tôle épaisse a bien été utilisé. Les pattes ont été élargies à la base afin que lorsque la brouette est très chargée vers les poignées elle ne bascule pas en arrière.

Une brouette d'agriculteur pro
Vue du dessus de la partie avant de la brouette, qui sert à ranger divers utilitaires.

Mon rucher au 19 juin
L’aspect du rucher -côté nouveaux essaims- après placement de cette nouvelle colonie, baptisée « St-Pourçain » dans sa ruchette. Ainsi, de gauche à droite : Verneuil, Varennes, Cressanges 1, St-Pourçain, Cressanges 2.

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Une brouette de pro

Piqure mal placée…

Ce soir, j’ai travaillé sur les ruches, tardivement et avec un enfumoir de nouveau mal allumé (=> s’éteint facilement)…
Sur la ruche Marcenat, j’ai ajouté une rehausse par dessous les deux autres et j’ai donc provoqué un gros remue-ménages… Grosse agitation des abeilles, mais pas de soucis…
Par contre, mettre le corps de ruche à ciel ouvert, en retirant la rehausse, s’est beaucoup moins bien passé avec la ruche de Myriam : les abeilles sont devenues extrêmement agressives, durablement. Elles piquent au travers du pantalon et de la veste, elles s’insinuent partout où elles peuvent, par exemple dans les gants, pour se rapprocher de la chair et piquer. S’éloigner de la ruche ne permet pas de s’en débarrasser et j’ai été très incommodé : Alors que j’en avais encore une vingtaine sur la veste et le chapeau, deux d’entre elles sont passées à l’intérieur de mon chapeau protecteur et -après avoir repoussé beaucoup d’abeilles, j’ai finalement dû le retirer… A peine étais-je tête nue, qu’une abeille a foncé vers mon visage pour le piquer… Pas le temps d’esquiver, j’étais touché… Ce ne fut pas bien douloureux, moins que sur les membres, en fait… Mais le gonflement, lui, est plus prononcé :
Levre gonflee par une piqure d'abeille
Photo prise avant de retirer le dard, dont l’extrémité est bien visible.

Quelques heures plus tard, je suis encore gonflé mais sans douleur : simplement insensibilisé à cet endroit alors que les autres piqures (sur bras et jambes) sont douloureuses… Allez comprendre !


« P….., les salopes, elles m’ont bien eu ! » Groggy, mais pas K.O. : j’y retournerai !
Voilà un mémorable épisode, le look gore en prime…

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Piqure mal placée…

Les nouveaux essaims

Les essaims acquis récemment, de gauche à droite :
“Verneuil“ en ruchette Dadant posée sur une ruche Voirnot blanche vide, essaim peu populeux mais actif, recueilli sur un mur à Verneuil-en-Bourbonnais.
“Varennes“ en ruche Dadant ancienne, colonie très active en ruche ancienne recueillie dans un jardin à Varennes/Allier.
“Cressanges-1“ en ruche Voirnot, colonie très active reçue en don de Jean-Pierre.
“Cressanges-2“ en ruche Dadant partitionnée, colonie peu populeuse et peu active, achetée à Jean-Pierre.
Au dessus de Cressanges-2, la ruche bleue contient encore la « cabane des mésanges » que j’ai rapportée de Vichy pour en extraire un mini-essaim (voir article).

Groupe nouvelles colonies abeilles
L’ensemble se trouve à l’abri de la pluie, sous une terrasse d’une maison en ruine proche de mon domicile.

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Les nouveaux essaims

Attaque de frelon asiatique ?

En ce début juin, je remarque un aspect curieux du sol devant l’entrée de la ruche Cressanges-1 : une cinquantaine d’abeille mortes jonchent le sol poussiéreux où se voient des trous coniques… bizarre…
Aspect du sol devant la ruche

Puis sur la planche d’envol de Cressanges-2 je vois des corps inertes d’abeilles éventrées, posées ici sur le dos pour mieux montrer les thorax complètement absents :
Corps d'abeilles eventrées

Sachant que le frelon asiatique a été repéré dans le département, tout cela est très mauvais signe et je vais devoir installer des pièges !

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Attaque de frelon asiatique ?

Varennes

On m’a signalé une ruche active à retirer du jardin où elle se trouve sans plus personne pour s’en occuper depuis des années… Ruche forcément essaimeuse, qui ne peut qu’importuner son environnement humain, dans cette zone résidentielle…
Elle est en partie recouverte de lierre, comme d’autre ruches alentour, elles complètement effondrées, et je devrai d’abord la dégager de la végétation. Puis je reviens tôt ce lundi matin, la ferme avec une grille et scie les pieds plus ou moins pourris pour pouvoir la charger dans la voiture et la poser sur son nouvel emplacement.

Voilà, c’est « Varennes ». Elle est très lourde : le corps et la rehausse doivent être pleins de vielle cire construite dans tous les sens et plein de miel… S’y loge aussi un nid de fourmis qui doit voler le miel… Il sera difficile de transférer sans dégâts cette colonie dans une ruche où elle sera gérable.

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Varennes

Mini-essaim… que faire ?

J’ai été contacté pour débarrasser un jardin d’un essaim qui s’est logé dans une « cabane à mésanges » accrochée dans les branches d’un cerisier… fort petit habitat qui ne peut convenir qu’à une bien petit essaim… Sur place, j’ai décroché la maison à oiseaux et l’ai ramenée chez moi pour y transférer les abeilles vers… ??? Que faire ?

On voit ici l’intérieur de l’abri, posé à l’horizontal et vu par le fond après retrait du plancher amovible.
Si peu d’abeilles devraient être simplement ajoutées à une colonie peu populeuse, surtout si elles n’ont pas de reine… Mais si elles ont une reine, cela peut redémarrer une colonie, à condition de soins particuliers et de bcp de chance…

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Mini-essaim… que faire ?

Modification de nourrisseur Nicot

Le nourrisseur extérieur Nicot est astucieux et très pratique pour faire des apports de sirop à certains moments comme par exemple à un essaim faible qui arrive au rucher…
L’inconvénient de ce dispositif, c’est que l’on peut retrouver ensuite quelques dizaines d’abeilles mortes à l’intérieur : elles s’engagent à l’intérieur des tunnels d’arrivée du sirop et doivent être happées par le liquide gluant lors de mouvement du fluide suite à consommation (?). L’horreur. C’est très pénible de provoquer incidemment toutes ces morts et pour certains cela remet définitivement en cause l’intérêt du procédé.
Toutefois il suffit d’introduire de petits rouleaux de grillage fin (moustiquaire métallique) dans l’entrée des 3 conduits et les abeilles ne pourront s’y engager et plus aucune d’entre elles ne finira noyée dans le réservoir de sirop.
Modification du nourrisseur extérieur Nicot

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Modification de nourrisseur Nicot

Emplacements à Gironcourt

2 emplacements ont été préparés ce jour par Bernard et moi dans le haut de leur verger, pour recevoir prochainement chacun une ruche Voirnot (La Bastide et Cressanges 1).
Des alvéoles ouvertes vers l’Est et dont les frondaisons abriteront de leur ombre, aux heures les plus chaudes de l’été, les deux ruches.
Deux emplacements prêts

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Emplacements à Gironcourt

Fièvre bâtisseuse

15 jours après ma récolte de printemps, j’étais curieux de voir si les abeilles s’étaient intéressées aux « déchets » de désoperculage que j’avais ensuite placé dans un nourrisseur…
Je suis donc allé jeter un oeil sur l’étage sommital de la ruche…

Les abeilles construisent des alvéoles dans le nourrisseur

Les abeilles construisent des alvéoles dans le nourrisseur...

J’y ai vu la cire de désoperculage nettoyée du miel auquel elle était mélangée, mais sur laquelle les abeilles se mettent à construire en suivant les formes des conteneurs ! Pour moi c’est très déroutant car je me demande ce que je vais trouver en dessous, dans les deux rehausses que j’avais mises en place :
– l’une vide avec des alvéoles bien nettoyées
– l’autre brute d’extraction, avec des débris de cire et des traces de miel un peu partout…
J’espère qu’elles ont pris tout cela en main de la meilleure façon et que ces merveilleuses grandes travailleuses ont fait du bon boulot… Je veux donc au plus vite faire une grande visite. Mais le temps s’est rafraîchi et 18° de température maximale c’est un peu juste pour une visite prolongée…

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Fièvre bâtisseuse

Après la récolte

Mercredi 25 mai, une semaine après récolte, j’ai rouvert la ruche.
La récolte a produit aussi environ 1,5 kg de cire de désoperculage, mélangée à du miel. J’ai décidé de réintroduire ce mélange dans la ruche en le plaçant dans un nourrisseur afin que les abeilles puissent s’en servir. En même temps j’ai introduite aussi la réhausse qui venait d’être extraite afin que les abeilles la nettoient et l’utilisent dès que nécessaire pour stocker.
L’aspect de la ruche est donc maintenant le suivant :

La ruche avec deux rehausses

La ruche avec deux rehausses et un nourrisseur (pas visible car juste sous le toit)

Mais quand j’ai voulu soulever la rehausse qui était en place depuis une semaine, j’ai eu le plus grand mal : du fait du faible espace entre ses cadres et ceux du corps principal, ils avaient été en partie soudés entre eux, comme c’est visible sur la photo que j’ai faite :

Les cadres du corps de ruche

Les cadres du corps de ruche

C’est un problème que je rencontre déjà avec le couvercle d’Isorel qui vient chapeauter la rehausse la plus haute et avec le fond du nourrisseur : trop proches des cadres situés juste en-dessous ils leur sont à chaque fois collés avec de la propolis et lorsque je veux les déplacer ça remue les cadres vers le haut et dérange beaucoup les abeilles et donc moi aussi.

Pour remédier à ce problème j’ai imaginé de clouer une baguette d’un centimètre (en fait 9 mm car c’est la taille que j’ai trouvée en magasin: 9x17mm, mais c’est bien ainsi) sur tout le périmètre bas des élément afin de rehausser légèrement leur base. Ainsi les abeilles disposent d’un passage supplémentaire par dessus les cadres et ça ne devrait plus être soudé.

rehausse et couvercle modifiés avec une baguette en périphérie de la base

Rehausse et couvercle modifiés avec une baguette en périphérie de la base

J’ai prélevé un cadre du corps de ruche. Un cadre de côté contenant uniquement du miel, pas de couvain. Lui bien surchargé, il pèse 4,5 kg et contient donc un peu plus de 4 kg de miel. Je l’ai placé dans la ruche. Ce sera un beau cadeau si j’arrive à trouver un essaim, ce qui est désormais peu probable car il est un peu tard. Sinon j’en ferai l’extraction en juillet.
J’ai dû placer la rehausse à nettoyer directement sur le corps car elle est modifiée pour laisser l’espace avec les cadres d’en-dessous. De ce fait la rehausse qui était en place est remontée d’un niveau et je m’inquiète que ce changement d’organisation intérieure perturbe les abeilles, mais je n’avais pas vraiment le choix. D’autant que j’ai oublié de vérifier s’il y avait déjà ou pas du couvain sur les cadres de cette rehausse. Sinon il fallait transférer tous ses cadres dans une rehausse modifiée et je n’en avais pas d’avance. Mais je pense devoir le faire au plus vite. Je vais attendre une semaine et je ferai cette manip’.

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Après la récolte

Première extraction

Quelques jours après avoir sorti la rehausse de la ruche, j’ai pu procéder à l’extraction du miel chez une amie dont le père pratiquait autrefois l’apiculture et qui possédait encore un extracteur, lequel n’avait pas servi depuis bien longtemps.
Après un gros nettoyage et séchage de l’appareil, l’extraction a été possible le dimanche 22 mai au matin. L’extracteur acceptant, de par sa taille, seulement 4 cadres, il a fallu procèder en trois fois pour l’ensemble des 9 cadres. Au total ce sont 16 kg de miel qui seront extraits de ces 9 cadres… je comprends mieux que la rehausse paraissait si lourde à transporter !

Les cadres vus du dessus. On voit combien la rehausse était chargée : Comme j'ai tardé à la sortir, les abeilles on rempli à fond tout l'espace !


Je désopercule directement au-dessus de la cuve de l'extracteur.


Un des cadres centraux inclut un peu de couvain en deux endroits.

Un des cadres centraux inclut un peu de couvain en deux endroits.


Vue en gros plan d'une zone de couvain

Vue en gros plan d'une zone de couvain


Avec 4 cadres positionnés l'extracteur est plein, prêt à tourner.


Et tourne la machine !

Et tourne la machine !


Peu à peu le miel s'accumule au fond de la cuve

Peu à peu le miel s'accumule au fond de la cuve


Une fois l'extraction (par centrifugation) terminée, le moment est venu de transférer le miel dans un seau

Une fois l'extraction (par centrifugation) terminée, le moment est venu de transférer le miel dans un seau


Hummm, c'est bien agréable à goûter !

Hummm, c'est bien agréable à goûter !

Ce « petit essaim tardif » est sans doute originaire d’une souche d’abeilles très prolifiques et capables de belles productions…
Si la saison reste belle et le temps majoritairement chaud c’est sans doute une rehausse de plus qui sera récoltée, peut-être deux si le temps est très beau. Mais je veillerai à les retirer lorsqu’elles seront « normalement » remplies (soit 10 à 12 kg). Ou alors je devrai pour l’avenir adapter la taille des cadres à ces abeilles super-remplisseuses ! ! !

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Première extraction

Première rehausse pleine

Ce printemps chaud et sec est favorable à une bonne production. L’activité à l’entrée de la ruche, au début du mois de mai, prouve que mon essaim est bien vigoureux !

Grosse activité sur la planche d'envol, le 9 mai...

Grosse activité sur la planche d'envol, le 9 mai...

Comme je suis nouveau dans cette activité, j’évaluerai mal la vitesse de remplissage. Et je n’ouvrirai la ruche qu’un mois après avoir placée la rehausse…

Prêt à enlever le toit pour voir comment est la rehausse...

Prêt à enlever le toit pour voir comment est la rehausse...


La rehausse est surchargée. Les abeilles ont construit et rempli des rayons dans un maximum de volume !

La rehausse est surchargée. Les abeilles ont construit et rempli des rayons dans un maximum de volume !


Je commets l'erreur d'utiliser trop de fumée pour enlever les abeilles.

Je commets l'erreur d'utiliser trop de fumée pour enlever les abeilles.

J’utilise trop la fumée et cela se ressentira sur l’odeur du miel, pas sur son goût.

Publié dans Apiculture | Commentaires fermés sur Première rehausse pleine